English version

© 2018 Daesign - Mentions légales

Catégorie: E-learning

Le DPO, fonction pivot du RGPD au sein d’organisations bien préparées

27 juillet 2023 par Marine Macé

Afin de garantir la mise en application du Règlement Général sur la Protection des Données (RGPD), le DPO (Data Protection Officer) fait son entrée dans les organisations. Ayant une fonction pivot, la qualité de sa formation garantira la bonne mise en conformité de l’entreprise avec la loi. Toutefois, la sensibilisation de l’ensemble des collaborateurs aux enjeux du RGPD sera indispensable pour lui permettre de mener à bien ses missions.

Instaurer une culture de la donnée au sein de l’entreprise

Tout d’abord, il est important de rappeler que l’emploi d’un DPO est obligatoire dans 3 cas de figure : lorsque le traitement des données est effectué par une autorité publique, au sein des organismes privés traitant des informations faisant l’objet d’un suivi régulier et à grande échelle, ainsi que chez ceux qui gèrent des données sensibles.

S’il n’existe pas de profil type pour ce poste, le DPO devra néanmoins posséder de bonnes connaissances juridiques et techniques. Surtout, ses qualités premières seront ses capacités à communiquer et à savoir faire preuve de diplomatie. En tant que superviseur de la bonne gouvernance du RGPD au sein de l’organisme, il est en effet soumis à d’importants enjeux stratégiques. Le présenter comme le successeur du CIL (Correspondant Informatique et Libertés) est donc beaucoup trop réducteur, même si ce dernier pourra être amené, dans le cadre d’une évolution de ses compétences, à occuper cette fonction.

La formation du DPO intègrera donc nécessairement toutes les dimensions de ce nouveau métier. Quant à ceux qui lui rendront directement compte au sein de l’entreprise (référents RGDP, top managers…), ils devront également faire l’objet d’un accompagnement spécifique. En s’assurant que les enjeux autour du nouveau règlement sont bien compris de tous et en instaurant une véritable culture de la donnée, l’entreprise permet à son DPO de mener à bien ses missions.

Formation certifiée : une assurance pour l’entreprise

Pour cadrer cette nouvelle fonction, au carrefour entre divers domaines de compétences et dimensions stratégiques, les offres de formation se multiplient. Mais, force est de constater que toutes ne se valent pas ! Au moment de faire son choix, l’entreprise n’a pourtant pas le droit à l’erreur. Si son DPO ne prend pas la pleine mesure de sa mission, c’est toute sa politique de protection des données personnelles qui risque d’être compromise. Et le prix à payer peut se révéler très élevé : entre 20 et 30 millions d’euros d’amende et jusqu’à 4% de son chiffre d’affaires mondial.

Heureusement, il existe aujourd’hui une certification établie par Bureau Veritas, en partenariat avec l’UDPO (Union française des DPO), qui garantit la qualité des formations DPO dispensées au sein d’organismes accrédités. Celle-ci donne droit également à l’obtention d’une carte professionnelle, véritable assurance pour le futur employeur. Charge ensuite à l’entreprise d’engager son DPO dans une démarche de formation continue, rendue elle aussi obligatoire par le RGPD.

Xavier Leclerc, Président de DPMS et de l’UDPO

et

Jean-Noël Portugal, Directeur Général de Daesign

Replay webinaire | Cybervigilance & voyages à l’étranger

27 juillet 2023 par Marine Macé

Cybervigilance à l’étranger : 30 minutes pour ne pas devenir une victime

cybersecurité

Un webinaire avec les spécialistes de SSF et de Daesign pour tout connaître des méthodes de l’espionnage industriel, des bons réflexes pour se protéger des fuites de données et des procédures éprouvées pour protéger votre patrimoine informationnel.

A propos de SSFSSF est spécialiste en sûreté internationale. Audit, Accompagnement, Gestion de crise, Formation. Le guichet unique des entreprises et institutions pour la sûreté de vos collaborateurs.

Au programme de ce webinaire : 

  • Contexte : un retard français
  • Les modes opératoires
  • Les lieux spécifiques
  • Infos pratiques
  • Conseils pratiques : avant, pendant, après
  • Anecdotes
  • Cyber & Moi : un parcours de sensibilisation rapide
  • Questions / Réponses

 

L’intelligence collective : la gestion d’équipe au service de la coopération

27 juillet 2023 par Marine Macé

L’intelligence collective : qu’est-ce que c’est ?

L’intelligence collective est un mode de fonctionnement prenant en compte les compétences et les connaissances de chacun des membres du groupe afin d’atteindre des objectifs communs.

intelligence collective

On observe l’intelligence collective partout autour de nous. Les animaux utilisent par exemple ce principe : banc de poisson, fourmilière… En tant qu’être humain, nous pratiquons l’intelligence collective au quotidien. Nous mettons en place des mécanismes naturels de coopération pour avancer plus vite et plus loin. Ainsi, sans le savoir, vous utilisez déjà peut-être au quotidien l’intelligence collective !

Qu’en est-il dans le monde de l’entreprise ? L’intelligence collective est-elle transposable dans une organisation ? Se fait-elle naturellement ? Comment la mettre en place ?

 

L’intelligence collective en entreprise

intelligence collective

L’intelligence collective a une résonnance dans le monde de l’entreprise. Vous connaissez les adages « L’union fait la force » ou encore « Seul on va plus vite, ensemble on va plus loin » ? Ils décrivent en quelque sorte les principes de l’intelligence collective.

De nombreux experts en Ressources Humaines, consultants pour les entreprises, etc. travaillent sur cette notion d’intelligence collective depuis quelques décennies pour mieux appréhender et comprendre toute la complexité de ce concept et accompagner les entreprises à mieux l’implanter au sein des organisations.

Au sein de l’entreprise, l’intelligence collective est une approche de management ou de chefferie de projet. Elle a pour but de mettre en commun les savoirs, les compétences, les capacités de réflexion d’un groupe de personnes pour atteindre un objectif commun et cela donne de la valeur au groupe. C’est un changement de regard qui permet de sortir du « tout connaître, tout planifier, tout contrôler ». L’intelligence collective, c’est multiplier les points de vue, échanger, trouver des idées pour activer la coopération pour générer une culture plus collaborative et plus agile, pour innover et s’adapter plus vite.

Dans un monde fluctuant et imprévisible, dit environnement VUCA*, les entreprises font face à des transformations, des changements, des problèmes complexes. Les techniques de management doivent alors évoluer et il s’agit d’aborder ces nouveaux défis grâce à une approche holistique et systémique (il faut percevoir les choses dans leur globalité, chaque élément fait partie intégrante du système). L’intelligence collective trouve alors tout son sens. C’est un mode fonctionnement pertinent pour dépasser des nouveaux défis ensemble, être résilient.

Seulement, l’intelligence collective n’est pas forcément naturelle au sein d’une équipe de travail. Il existe un certain nombre d’outils, de méthodes, de process, de postures… à adopter et connaître pour mettre en place de façon optimale ce principe.

(*VUCA est un acronyme issu de l’anglais qui signifie “volatilité, incertitude, complexité et ambiguïté”)

Quels sont les fondements de l’intelligence collective ?

L’intelligence collective s’appuie sur l’interaction, l’échange, la communication et l’organisation. Les personnes du groupe doivent partager et échanger leurs points de vue, tout en s’écoutant pour que chaque membre puisse donner ses idées librement. Les personnes du groupe doivent avoir le même niveau d’information afin que chaque membre puisse transmettre ses idées.

Pourquoi utiliser l’intelligence collective ?

L’intelligence collective a de nombreux atouts :intelligence collective

Engagement de l’équipe

Les membres de l’équipe participent au projet. Chaque personne du groupe a sa place dans le projet. Chaque membre donne son point de vue, effectue des tâches pour atteindre le but de la mission. Les collaborateurs sont responsabilisés sur leur implication dans les tâches à effectuer. Les objectifs de la mission sont clairs, chacun a une vue d’ensemble sur le projet car le manager fait preuve de transparence.

Les collaborateurs sont alors motivés par le projet et ont envie de s’impliquer. Les collaborateurs trouvent du sens à leur travail.

Développement du lien social

L’intelligence collective implique des interactions entre les membres de l’équipe et une meilleure communication. Cela permet donc un échange, une collaboration et donc de fédérer le groupe. Un sentiment d’appartenance à l’équipe va émerger créant une meilleure ambiance de travail générale et une meilleure transparence dans les rapports entre les membres (collaborateur/collaborateur ou collaborateur/manager).

Développement de la créativité

L’intelligence collective permet de faire émerger des idées et des solutions innovantes et créatives. On instaure un climat de confiance et de partage où chaque membre du groupe pourra exprimer ses idées. On assiste alors à une émulation d’équipe. De nouvelles idées émergeront et permettront de développer les performances de l’équipe et a fortiori de l’entreprise.

Meilleure ouverture au changement

Les collaborateurs ne seront plus réfractaires aux futurs changements et verront les transformations d’un œil plus serein. Ils sauront qu’ils pourront relever ensemble les défis et trouver de nouvelles solutions.

Quelle posture le manager ou le chef de projet doit-il adopter ?

management

Avec l’intelligence collective, les collaborateurs sont associés à la prise décision. On assiste à une organisation participative et collaborative. On peut parler de co-construction. Pour cela, un management spécifique est mis en place.

Les relations au sein de l’équipe évoluent mais les positions hiérarchiques restent inchangées. Le manager ou le chef de projet n’impose plus un mode de fonctionnement de domination. Cependant, il ne perd pas son pouvoir, il garde le contrôle et conserve sa légitimité managériale. Mais l’approche managériale est repensée, elle devient plus agile et moins hiérarchique.

Le manager ou le chef de projet ne donne plus d’ordre, il n’est pas dans une posture où il impose mais il pilote l’équipe. Il est un « manager-coach ». Il va devenir un facilitateur d’intelligence collective.

Pour cela, il doit veiller à :

  • Impliquer les collaborateurs
  • Inciter l’équipe à participer, à donner son point de vue
  • Pratiquer l’écoute active sans jugement auprès des collaborateurs
  • Faire confiance à l’équipe et la responsabiliser
  • Faire preuve de respect envers l’équipe
  • Instaurer un climat de confiance et de transparence
  • Faire en sorte que l’information circule clairement au sein de son équipe
  • Identifier les talents de chacun des membres de l’équipe pour les mettre en avant pour accomplir l’objectif fixé
  • Encourager la coopération
  • Stimuler l’intelligence émotionnelle de chaque membre de l’équipe
  • Gérer les conflits
  • Prendre une décision finale en prenant en compte les idées de chacun

Il agit en véritable chef d’orchestre. Il motive son équipe, la stimule avec agilité et l’accompagne dans l’accomplissement de la mission pour faire émerger des solutions aux problèmes. On assiste à une évolution du management ou du chef de projet : le management 3.0.

Alors, comment la mettre en place ?

Le manager ou le chef de projet doit organiser des temps d’échanges avec son équipe afin que l’information circule de façon claire et précise et qu’une réflexion collective ait lieu. Pour cela, de nombreux dispositifs peuvent être mis en place :

  • Réunion collectives : ateliers, brainstorming, débats
  • Partage d’informations et de compétences
  • Team building
  • Réseaux sociaux internes à l’entreprise ou plateformes collaboratives
  • Logiciels partagés

 

Daesign a conçu un parcours de formation sur l’intelligence collective afin que managers et chefs de projet occasionnels puissent devenir des facilitateurs de coopération et changer leur posture et leur regard. Pour plus d’information sur la formation digitale immersive “Intelligence collective : dans un monde incertain, activez la force du collectif !”, cliquez ici.

Adaptiv’Math : l’IA au service de l’apprentissage

7 septembre 2020 par Marie-Charlotte LE HÉNAFF

Co-construisons adaptiv'math

Adaptiv’Math est un assistant pédagogique pour l’enseignement et l’apprentissage des mathématiques en cycle 2. Il permet de personnaliser le parcours d’élèves, de cibler leurs difficultés et d’enrichir la vision pédagogique de l’enseignant ! Vous êtes enseignant et vous souhaitez participer à ce projet ? Rejoignez-nous ! Nous avons besoin de vous et de vos élèves pour co-construire l’assistant pédagogique qui répondra à vos besoins.

Un partenariat d'innovation

Ce projet réalisé en partenariat avec le ministère de l’Education nationale de la Jeunesse et des Sports et des experts en pédagogie, en IA, en interfaces UX pour l’éducation s’inscrit dans le cadre du P2iA (partenariat d’innovation sur l’intelligence artificielle) qui a pour objectif de co-construire une intelligence artificielle réellement au service des enseignants et de leurs élèves.

Comment ça marche ?

L’assistant est composé de 2 parties :

  • 5 modules avec des parcours d’exercices individualisés pour l’élève
  • 1 tableau de bord pour l’enseignant

Les modules d’apprentissage sont fondés sur une alliance unique et innovante de 3 domaines de recherche au service de l’enseignement des mathématiques du cycle 2.

Des recherches récentes en sciences cognitives pour stimuler l’apprentissage des notions structurantes des mathématiques :

  • Sens du nombre
  • Faits numériques, calcul réfléchi
  • Résolution de problèmes arithmétiques
  • Résolution de problèmes et mesures
  • Géométrie

Un moteur d’IA sous le contrôle de l’enseignant qui fonctionne pour :

  • Personnaliser le parcours de l’élève en distribuant les exercices les plus pertinents pendant le travail
  • Synthétiser et présenter les résultats collectifs et individuels à l’enseignant

Une interface graphique d’apprentissage UX étudiée pour :

  • Maintenir l’attention de l’élève sur la discipline
  • Stimuler la motivation de l’élève
  • Eviter une surcharge cognitive

Pourquoi et comment participer ?

Voici 3 bonnes raisons :

 C’est collectif ! Rejoindre la première expérimentation sur l’IA au service de l’éducation en France pour le cycle 2 avec des enseignants de 10 académies.

 C’est intéressant ! Confronter votre savoir-faire pédagogique avec les 3 domaines de recherche (les sciences cognitives pour les maths, l’intelligence artificielle, et l’interface d’apprentissage UX).

 C’est pour vous ! Contribuer à l’amélioration des fonctionnalités et de l’interface pour élèves et enseignants du prototype, en partageant votre expérience.

Dates : du 5 octobre au 20 novembre 2020, avec une phase d’accompagnement et d’information en amont.

En savoir plus et participer

Les partenaires

Gérer les cookies